TSM et ses soumises

Rendez-vous fessée chez le punisseur

Rendez-vous fessée chez le punisseur


fessee_spanking_05.jpg
Auteur : Ecrivaillon

En 2017, les lois ont changé, les ministres de pacotilles ont été remplacés, ministre un mois retraite à vie n’est plus, tous ces gens sont maintenant obligés de travailler. En votant pour un président dur et ferme, les français ont choisi un gouvernement capable de redresser le pays et de rétablir l’ordre. La fermeté de ce gouvernement ne s’applique pas qu’aux élus, elle s’adresse aussi aux administrés comme le découvrent au fil du temps ceux et celles qui criaient au scandale pour les dépenses publiques et les assistés de la société.

Qui n’a jamais essayé de tricher un peu pour les impôts, la TVA ou de gratter quelques jours de travail en exagérant un peu chez le médecin pour obtenir un arrêt maladie ?

Martine compte des râleurs tout en essayant aussi de gratter quelques argents sur ses impôts sauf que ! Sauf que le gouvernement a mis en place de nouvelles règles, tout contrevenant ou tricheur doit être puni. Lors de son contrôle fiscal, cette jeune commerçante dans le prêt à porter s’est faite piéger. L’inspecteur des impôts a découvert ses tricheries. Le gouvernement ne désirant pas assassiner les commerçant, elle a écopé d’un redressement fiscal avec des facilités de paiement et un « Rendez-vous chez le punisseur » en guise de pénalités.

………………….

Préfecture de Paris Mardi 13 juin 2017 neuf heures

Martine est dans ses petits souliers, elle a entendu parler des punitions physiques appliquées mais comme les gens disent tout et n’importe quoi, elle se méfie des ouï-dires. Ces nouvelles sanctions physiques ne sont mises en place que depuis un mois et on ne sait que peu de choses. L’hôtesse d’accueil amusée lui indique le chemin dans le dédale des couloirs.

Assise sur un banc scellé dans le sol avec une boule d’angoisse sur l’estomac, devant une porte capitonnée , elle attend maintenant d’être appelée. Lorsque son nom résonne dans le couloir, elle bondit de peur. Un homme charmant sort pour la réceptionner en l’invitant à entrer. Un homme aussi respectueux vêtu d’une blouse blanche comme les médecin ne peut pas lui faire du mal, pense-t-elle, non, ce n’est pas possible.

La pièce refaite à neuf pour l’application des nouvelles règles et sanction est quasiment aseptisée et sans âme. Les murs blancs donnent l’impression d’une salle d’opération, une demi croix horizontale avec des sangles trône au milieu face à un bureau. Un WC a été installé sauf qu’il n’y a pas de porte. « Oh mon dieu, faite que je n’ai pas envie de faire pipi », pense Martine d’une nature pudique malgré ses tenues souvent très provocantes.

- Mademoiselle Lecroux Martine, c’est bien cela ?

- Oui Monsieur ! Répond Martine d’une toute petite voix.

- Donnez-moi votre pièce d’identité et retirez votre culotte !

- Mais pour quoi faire ?

- Parce que je vous le demande !

La gorge serrée, Martine donne sa carte d’identité puis s’exécute en essayant de ne rien dévoiler de son anatomie en retirant son string, si elle savait……

- Allongez-vous sur la croix je vous prie ! Lui indique le punisseur en la guidant d’un geste calme, posé.

Avec un calme olympien, il sangle ses bras écartés sur cette forte de croix dont le haut n’est pas en V mais en T. Lorsqu’il entreprend de sangler ses jambes, Martine prend conscience que la position dans laquelle elle se trouve dévoile totalement son anatomie. Morte de honte, elle peine à avaler sa salive.

- Mademoiselle Lecroux Martine, vous avez été condamnée pour fraude fiscale, comme c’est la première fois, vous ne recevrez qu’une fessée à la strap. En cas de récidive cela sera la canne anglaise jusqu’au sang, une nouvelle récidive sera sanctionnée au fouet.

Elle va recevoir une fessée, on le lui avait bien dit, mais elle n’imaginait pas que cela soit vrai. Quelle horreur. Le punisseur attrape une serviette qu’il roule en boule puis lui demande de soulever les fesses pour qu’il la glisse sous son ventre. C’est sûrement pour que je ne me fasse pas mal, pense Martine un instant avant de se rendre compte que c’est pour soulever son fessier et l’exposer plus encore au punisseur. Lorsqu’il soulève sa jupe, Martine se sent plus que nue, ses fesses sont exposées, mais son entrejambe aussi, à la caméra de contrôle permettant de prouver qu’il n’y a pas d’abus.

Le punisseur saisit une strap en cuir, une sorte de plaque de cuir noir épais, inquiétant. Il en joue avec en tapant doucement dans sa main avant de caresser délicatement sa fesse gauche. « Quel dommage d’être obligé de rudoyer un aussi joli fessier », commenta-t-il.


fessee_spanking_09.jpg
Sans la prévenir, il arme son bras et abat d’un seul coup la strap sur les jolies fesses frémissantes. La douleur est saisissante, la respiration de Martine se bloque un instant, aucun son ne sort de sa bouche grande ouverte. Le coup suivant ne tarde pas, il est aussi violent que le premier, Martine pousse un hurlement déchirant. La fessée, elle en avait vu et entendu parler, mais jamais elle n’aurait imaginé qu’avec une strap, cela puisse être aussi douloureux. Les coups s’abattent sur ses fesses méthodiquement avec la régularité d’un métronome. Ses petits doigts serrent ou griffent la croix en fonction des coups. Ses cris se transforment en plaintes de désespoir. Les rivières de larmes emportent un maquillage soigné sur leur passage, elle renifle maintenant lamentablement, pleure et cris parfois sous les coups.

La main du punisseur palpe ses fesses rouges cruellement meurtries. Si elle apaise la douleur, elle fait aussi très peur à Martine. Elle n’a pas tord d’avoir peur, il fait un état des lieu, si la loi lui impose d’être sévère, pour une première sanction il n’a pas le droit de blesser. Jugeant qu’il peut poursuivre, il reprend la fessée pendant une petite minute qui semble durer une heure pour celle qui est punie.

Lorsqu’il entreprend de la délivrer de cette croix maudite, Martine comprend que c’est enfin terminé. Avec galanterie il l’aide à se lever puis lui tend son string en lui indiquant qu’elle peut se rhabiller. Sans plus de considération il appose sa signature puis un coup de tampon sur des documents avant de lui en remettre un exemplaire.

- Mademoiselle, si vous estimez que la punition était excessive, vous avez le droit de demander la vidéo. En ce cas, elle sera visionnée par les membres du bureau constitutionnel qui, s’ils jugent que votre plainte est abusive, peuvent vous condamner à recevoir une seconde fessée. Je vous invite à méditer avant de vous plaindre. Sur ces quelques mots, sachez que même si vous êtes charmante, je ne souhaite pas vous revoir ou du moins dans ces circonstances, mais c’est vous qui voyez.

Ecrivaillon

La vidéo est ici

Les photos sont ici

Le forum sur la fessée est ici

Faire des rencontres autour de la fessée

Acheter du matériel pour la fessée



02/07/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres