TSM et ses soumises

L'étudiante aime le sexe BDSM

L'étudiante aime le sexe BDSM


L_etudiante_aime_le_sexe_BDSM.jpg

Mignonne comme pas deux, Lisa est draguée sans cesse pendant le premier trimestre mais les étudiants en cette période n'ont aucune chance. Quoi qu'ils fassent, quoi qu'ils disent, ils n'essuient que des échecs au point que certains pensent qu'elle est lesbienne. S'ils savaient !

S'ils savaient sur quoi elle fantasme pendant les rares moments de plaisir solitaire qu'elle s'accorde, ils seraient très étonnés. Avec son visage d'ange et sa tête de première de la classe, elle fait jaser et crée des jalousies à cause de ses résultats scolaires. Sur l'année précédente, sa plus basse note a été un quinze sur vingt, elle en était furieuse. L'année de la maîtrise, elle s'était quasiment enfermée pour réussir en fuyant tous les étudiants, filles et garçons, et, quand quelqu'un lui demandait de l'aide, elle répondait être désolée de ne pas avoir de temps à partager.

Lisa est entière en tout, quand elle fait l'amour pendant les vacances l'été, c'est une mante religieuse dévoreuse de sexe que rien n'arrête. Depuis qu'elle a découvert Fessestivites, ses fantasmes ont évolué vers la soumission sexuelle et les gang bang. Ne faisant pas les choses à moitié, elle a décidé de vivre ce fantasme au moins une fois. Jusqu'au examens, elle s'est enfoncée dans les études en conservant en mémoire un grande fête de "libération des sens".

Le dernier jour des examens, libérée de la pression considérable qu'elle se met, elle a passé la soirée à draguer les beaux étudiants lui ayant fait du charme pour réaliser son plan machiavélique. Elle en a choisi six, pour leur physique et leur capacité à réfléchir car à ses yeux, même pour baiser, un rustre est sans intérêt. Lisa leur a donné rendez--vous à vingt heures précises à son appartement pour une fête "spéciale et coquine" sans rien dévoiler de plus malgré les multiples requêtes. Quand une beauté comme Lisa vous invite à une fête spéciale et coquine, même si vous ne savez rien de plus, vous y allez ! ! !

A leur arrivé, les six étudiants n'en croient pas leur yeux. Ils sont accueillis par l'étudiante vêtue comme un star ultra sexy qui les dirige vers un buffet de rêve ainsi qu'un bar particulièrement sympathique avec de la vodka, des alcools en quantité, des canettes de red bull et du coca. Avec un tel accueil, une ambiance très festive ne tarde pas à s'installer, surtout avec une beauté passant de pimbêche à allumeuse.

- Messieurs, je vous demande un instant de silence, j'ai deux questions à vous poser et quelque chose de très intime à vous proposer. Déclare Lisa à l'assemblé devenant soudain silencieuse. Ma question est la suivante : savez-vous garder un secret et jusqu'où êtes vous prêt à aller pour ne jamais le dévoiler ?

Après dix minutes de promesses, elle fait circuler une feuille de papier avec la phrase suivante :
« Si je parle un jour de ce qui va se passer ce soir, en trahissant ma parole je perdrai mon honneur à tout jamais. En apposant ma signature sur cette feuille, je fais le serment solennel de me taire pour toujours. »
Comme l'on peut s'en douter, les interrogations fusent mais Lisa décline toute les questions et les renvoie à l'engagement qu'ils sont tous prêts à prendre. La feuille signée, elle les invite à s'asseoir sur son lit et tire les lourd rideaux de son appartement pour leur faire voir quelque chose sur son ordinateur.

La première vidéo défilant à l'écran s'intitule le gang bang des cagoules, une vidéo portant sur un gang bang musclé réalisée par Stefan dit organisations84 sur Fessestivites.


Le gang bang des cagoules
http://www.fessestivites.com/f/videos/209447-Le-gang-des-cagoules


Elle leur demande un peu de silence puis leur fait voir une seconde vidéo intitulée : viol BDSM gang bang d'anniversaire.
http://www.fessestivites.com/f/videos/205589-Viol-BDMS-gang-bang-et-bon-anniversaire

Les étudiants sont tellement étonnés qu'ils en restent bouche bée lorsqu'elle ferme l'écran de son ordinateur. Qu'une pimbêche leur fasse voir ce type de vidéos que certains d'entre eux n'avaient jamais vu, les surprend au plus haut point.

- Maintenant messieurs, j'ai quelque chose de très intime à vous expliquer et à proposer. Vous avez ces dernières années pensé que je suis une coincée du cul, voire même que je suis lesbienne, et bien tout faux, moi ce qui me fait vibrer, aller j'ose, ce qui me fait mouiller c'est ce que vous venez de voir. Vous avez rêvé de me sauter alors si vous le voulez, ce soir je suis à vous tous mais comme dans les vidéos que vous venez de voir. Il est 21 heures, je suis à vous sans limite jusqu'à minuit, vous pouvez me prendre comme vous voulez et si je refuse quelque chose forcez-moi et surtout n'écoutez pas mes jérémiades, elles ont pour but de vous allumer. Le préservatif est obligatoire cela va de soit, j'en ai pris trois boites ainsi que deux tube de lubrifiant est-ce que cela vous ira ?

C'est aux pieds du lit que l'on voit l'homme aux pieds du mur ! A cet instant, les étudiants sont sans voix, presque scotchés sur le lit de Lise. Pour les débloquer, elle met un peu de musique, sert une tournée de vodka red bull avant de défaire sa robe noire qu'elle fait glisser sur ses épaules avec lenteur pour les allumer un max. Lorsqu'elle choit sur ses magnifiques escarpins rouges, les étudiants se pincent les lèvres de gourmandise en la voyant en bas et porte jarretelle avec un mini soutien-gorge assorti. Pour enfoncer le clou de sa provocation, elle sort d'un placard deux cordes rouges de shibari et des menottes qu'elle fait tourner sur ses doigts.

Elle jette ensuite les cordes de shibari sur les garçons puis leur tourne le dos pour passer elle même les menottes à ses poignets qu'elle bloque dans son dos.

- Tu es givrée ! Lui dit l'un des étudiants soudain coincé.

- Si tu ne te sens pas de baiser un cul comme ça, tu peux partir ! Lui indique Lisa en se penchant en avant jambes écartées en écartant ses fesses pour que la ficelle de son string ne cache plus rien de son anatomie.

La boutade fait rire tout le monde sauf la personne visée et Lisa, allumeuse jusqu'au bout mais ne désirant pas le vexer s'approche de lui, l'enjambe pour plaquer ses seins contre son visage en les agitant contre son nez. Le plus entreprenant des garçons se lève, l'attrape par les cheveux pour l'emmener au centre de la pièce où il entreprend de tripoter sans aucune gêne sa généreuse poitrine. Pendant qu'il malaxe ses seins, ses mains menottées dans le dos lui permettre de tripoter le sexe de l'étudiant à travers son pantalon. Elle y découvre une belle verge tendue à rompre lui permettant de comprendre que la soirée pourrait bien démarrer.

- Et si tu me faisais goûter cette belle bite que tu caches là ? Murmure Lisa en tournant la tête pour l'embrasser.

Ni une ni deux, l'étudiant la repousse pour ouvrir sa braguette et en extraire son sexe bandé. Lucie se penche aussitôt en avant pour entreprendre une fellation gloutonne en remuant ses sublimes fesses sous les yeux des étudiants dont les mains ne tardent point à s'aventurer sur sa peau.

- Putain les mecs, elle suce comme une reine ! Poussez-vous du lit j'ai besoin de la place, cette fille me fait trop bander !

Il lui arrache presque son string avant de la pousser sur le lit libéré. L'étudiant enfile un préservatif, lui écarte les jambes dévoilant aux yeux de tous un magnifique sexe glabre trempé de désir. Quelques secondes plus tard, la pénétration rapide quasi brutale arrache un gémissement à Lisa essayant de placer des poignets sur le côté pour ne pas se broyer les os avec les menottes. Un rut sauvage commence sous les yeux des étudiants de plus en plus excités.

- Ma bouche est encore libre, mais vous n'allez pas oser en abuser, vous êtes de gentils garçons timides. Leur dit Lisa en plein délire.

- Provoquer c'est bien ma belle, mais il va maintenant te falloir assurer. Lui répond un autre étudiant en retirant son short et son slip en même temps.

Il s'approche de la tête du lit, lui attrape la tête qu'il guide vers son sexe qu'elle happe aussitôt avec une boulimie évidente aux yeux de tous. Au plus l'étudiant la baise, au plus elle ronronne, s'éclate, elle a osé et ne devrait pas le regretter. Deux autres étudiants commencent à se déshabiller puis se caressent maintenant sans aucune gêne pendant que les deux derniers discutent entre eux de la personnalité étonnante de Lisa.

- Si vous détachez mes mains, je peux m'en servir aussi ! Leur indique Lisa en pleine crise d'hystérie sexuelle.

Deux minutes plus tard, Lisa réalise son rêve, une bite dans la bouche, une dans la chatte et une dans chaque main. Sa bouche passe de l'une à l'autre sans même qu'on le lui demande, c'est un véritable embrasement sexuel général qui commence à se produire. Mise à quatre pattes, elle se fait prendre en levrette par le premier étudiant peu motivé pour céder la place aux autres mais Lisa rêve de vivre une double pénétration. Elle le leur dit et demande à son "cavalier" s'il se sent capable de la sodomiser.

- Il y a des choses qui ne se refusent pas ma belle, prépare tes fesses, j'arrive !

Déjà rompue à la sodomie depuis l'été précédent, la chose se fait sans souci. Bien qu'il soit un peu brutal pour le début, Lisa tend ses fesses et s'offre totalement au Priape de chair la pourfendant sans ménagement.

- Attends, attends, ne jouis pas s'il te plaît, attends ! Demande Lisa en le repoussant pour qu'il s'allonge. Les mecs n'en reviennent pas quand elle l'enjambe pour venir s'empaler sans aucune gêne.

Allongée sur l'étudiant, elle se caresse et écarte ses lèvres intimes en leur faisant voir qu'il y a de la place devant. L'un des étudiant enfile une capote et monte sur le lit, cette chatte gourmande ne peut rester ainsi affamée. Et là, quand il la pénètre, la sensation particulière d'être pleine surprend Lucie qui se met à crier : "violez-moi, violez-moi bande de sadiques" Lisa beaucoup de chance car la double pénétration n'est pas toujours une réussite, les garçons parvenant à se régler lui démontent le cul et la chatte à le rendre folle. Ses mains attrapent les sexes bandés qui s'approchent comme pour s'y accrocher tant elle est submergée par les sensations qu'elle n'aurait pas imaginées aussi violentes. Soudain, Lisa décolle, crie son bonheur et des tonnes d'insanités du type, « je suis votre chienne, violez-moi, enculez-moiiiiiiii »

L'enculeur émérite se met à crier son plaisir, ce qui ne comble pas Lisa qui aurait bien aimé que cela dure des heures. Il ne tarde pas à débander et à "glisser". Pendant plus d'une heure, elle suce des bites, en caresse tout en se faisant baiser quand soudain, en plein délire elle leur lance "mais c'est quand que vous m'attacher pour me violer pour de vrai". les commentaires vont bon train sur la pimbêche s'avérant être une sacrée salope. L'un d'eux se décide à l'attacher bras et jambe en croix sur le lit avant de s'étendre sur elle pour la baiser pendant que les autres se restaurent ou descendent des vodkas red bull.

Le fait d'être baisée attachée rend Lisa folle de plaisir, elle gratifie l'étudiant de noms d'oiseau en tirant sur ses entraves comme une forcenée. Inquiet il s'arrête et aussitôt se fait incendier parce qu'il s'est arrêté quand elle allait jouir. Cette remarque les fait rire, ils trinquent à la santé de la salope pendant que l'étudiant la baise comme un forcené jusqu'à la jouissance.

L'étudiant malmené au début par Lisa qui lui avait même proposé de partir s'il ne se sentait pas de la baiser, entreprend de se dévêtir à son tour. Au moment où il baisse son slip, des sifflements fusent. Le mec a une queue d'âne qui impose le respect et déclenche des commentaires graveleux. Avec un sourire amusé il attrape le gel intime et un préservatif avant de monter sur le lit.

- Regarde petite salope, elle va te faire regretter tes insultes de tout à l'heure ! Suce-là histoire de faire connaissance avec celle qui va te faire chanter.

Lisa n'est pas rassurée quand elle essaye de le sucer car elle n'arrive quasiment pas à absorber le gland d'une taille impressionnante de par sa largeur. Malgré tout, elle s'acharne en espérant qu'il ne soit pas trop brutal ou il va la défoncer.

- Elle a bien dit : si je refuse forcez-moi ? Nous sommes d'accord ? demande queue d'âne aux étudiants regardant son bas ventre avec étonnement et respect. Alors tenez-lui les jambes, on va s'amuser un peu !

Il libère tranquillement les jambes de Lucie qu'il fait remonter au-dessus de sa tête et les confie à deux étudiants. Lisa lui demande d'être doux, elle n'en a jamais connu des comme ça. Après avoir copieusement lubrifié l'anus pourtant déjà bien ouvert, il y positionne son gland et commence à pousser. Malgré l’étroitesse de ses petites fesses qui semblent refuser sa verge, son anus commence à céder sous la pression impitoyable de la verge. Lisa crie "doucement" mais il n'en a que faire, au contraire, il sourit à la pensée des cris à venir quand l'étroit petit conduit va devoir gober sa queue d'âne. Il entre difficilement la pointe de son gland dur puis le retire doucement et le rentre à nouveau encore plus profondément puis le retire lentement et le rentre enfin en son entier.

La douleur est aiguë, lancinante, les étudiants rient lorsqu’elle se débat sous la pénétration qui devient de plus en plus violente. sous le labourage systématique et méthodique des ses reins, ses cris se transforment en pleurs, puis en gémissements inaudibles.

La jouissance montait en elle, gagnant son cerveau chaviré par le rut sauvage et violent. Ses vagissements se transforment en râles tandis que ses yeux égarés par la volupté chavirant doucement. La douleur du début fait place à un feu entretenu qui lui chauffe tout le corps. Elle ne sais plus qui elle est ni où elle est. Elle a l'impression de n'être plus qu'un cul. Elle tremble, elle défaille, elle geint, des mouches passent devant ses yeux. C’est atroce, mais en même temps son cul est comme affamé et outrageusement satisfait. De fulgurantes décharges électriques la transportent soudain, elle hurle et se débat sous l'implacable vigueur de la pénétration quand soudain, c'est l'implosion. Elle pousse un long cri de jouissance si fort que les étudiants baissent la tête avant de perdre connaissance.

L'étudiant se retire, lui met deux gifles pour la réveiller puis la détache pour la prendre dans ses bras et l'embrasser. Accrochée à son cou, Lucie épuisée semble vide de vie mais il lui reste assez d'énergie pour murmurer à l'oreille de son "violeur" : tu me donneras ton numéro de téléphone ?

Ecrivaillon

Pour faire des rencontres cliquez ici

Pour lire des histoires érotiques cliquez ici

La boutique ABCplaisir petits prix grands plaisirs



20/07/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 31 autres membres