TSM et ses soumises

Femme seule plaisir solitaire

Femme seule plaisir solitaire

Auteur : Ecrivaillon

Après avoir pris mon premier café et fumé ma première cigarette, j'ai eu besoin d’une bonne douche pour me réveiller. Une fois séchée, je m'enduisais le corps de crème hydratante tout en réfléchissant à ce que j'allais porter. Mes mouvements se faisaient plus lent, plus langoureux, s'attardant sur un téton ou dans le creux d'une cuisse.
Je me forçais à reprendre mes esprits mais n’y parvenais pas, mes mains devenaient de plus en plus entreprenantes. Comme ce n'était pas le moment, j’ai choisis une culotte de coton noir et un soutien gorge assorti bordé de quelques dentelles soulignant parfaitement la rondeur de mon 90C.

Je choisis une jupe légère en coton noir parsemée de quelques dessins rouges qui m'arrivait au genou et un tee-shirt rouge sans manche car les températures annoncées promettaient d'être estivales ! En passant par ma chambre que j'entrepris de ranger, à la vue des vêtements jonchant le sol en direction du lit, le souvenir de nos ébats de la veille acheva ma sagesse.
Cette pensée m'émoustilla et me remémora la nuit, ses mains sur moi puis quand il était en moi en me parlant avec des mots crus. Ses souvenirs réveillaient en moi une certaine excitation en me faisant regretter son absence.

J'entrepris alors de me satisfaire seule en m'allongeant sur notre lit défait. Il était parfumé de l'odeur de notre étreinte ce qui me permit d'imaginer qu'il était là, que c'était ses mains et non les miennes qui passaient sur mon corps et caressaient mes seins en pinçant mes tétons. La danse de mes mains m'arrachait des soupirs et ma respiration s'accéléra. J'écartais ma culotte et me caressait plus franchement alors qu'un doigt pénétrait mon vagin m’arrachant un gémissement de plaisir.

Mes pensées vagabondaient, voyaient le corps nu de mon homme quand soudain il me parla en m’ordonnant de lui offrir une danse du cul. Le petit gode dans le tiroir de la table de nuit a rejoint mes mains naturellement, mon corps mue comme par enchantement se leva pour se rendre à la commode située aux pieds du lit.
Après avoir léché le gode un instant, j’ai mouillé mon petit anneau pour l’introduire en moi. Il est passé tout seul ou presque, signe d’un désir de folies sodomites peut-être. Mes fesses se sont posées sur a commode, enfonçant en moi le gode jusqu’au plus profond de mes reins. Et là, jambes écartées face au lit pour qu’il me voit bien, je me suis caressée en l’allumant, mes mains devenaient folles.

Je commençais à haleter franchement lorsqu’une vague de chaleur m'envahit. J'ondulais et remuais les fesses au rythme de la pression de mes doigts sur mon clitoris tout en malaxant ma poitrine.

La jouissance était sur le point de me submerger lorsque la sonnette de la porte retentit et m'interrompit un instant en plein élan. Mon homme a crié « entre » et m’a ordonné de continuer. Un de ses amis est entré silencieusement dans la chambre, malgré ma gêne j’ai continué, la situation gênante m’excitait. La sonnette a retenti une seconde fois, c’était un autre ami venu assister à mon humiliante exhibition. J’ai implosé, explosé, j’ai fait fontaine en soulevant totalement les pieds du sol pour m’empaler plus encore.
La sonnette maudite ramena mes pieds sur terre au sens propre comme au sens figuré. Je me suis levé d'un bond, le petit gode se dissimula dans mes vêtements jetés sur le sol, j’arrangeait ma jupe et m'avançait jusqu'à la fenêtre pour voir partir mon homme, il avait oublié ses clés.

Le soir même je lui ai tout avoué, il m’a obligée en guise punition à recommencer, se fut bien plus dur que la matin même mais quand il a décidé de prendre la place de gode, je suis devenue chienne.

Et vous, allez-vous oser avouer vos plaisirs solitaires sur le forum ?



30/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 29 autres membres