TSM et ses soumises


Compte rendu du week-end ABDL des 27 et 28 septembre

Compte rendu du week-end ABDL des 27 et 28 septembre


ABDL_4.JPG
Le week-end ABDL des 27 et 28 septembre organisé par Fessestivites était complet en 48 heures et pour cause, la météo étant capricieuse, le nombre de place était limité. Nous avions indiqué ABDL et sûrement fessée car certaines des personnes invitées pratiquent une forme d’ABDL « « « « disciplinaire » » », traduire par, une forme de régression pouvant être musclée, cela a été le cas LOL !

Disciplinaire mais dans la bonne ambiance, ne vous y trompez pas, pour exemple, un des ABDL s’est retrouvé en couche, normal me direz-vous, mais la discipline était imposée par le cadenas posé sur une grenouillère d’ABCplaisir qui possède un système permettant de la verrouiller. Les clés du cadenas étant confiées à un autre couple, le « pauvre » se dut d’attendre que ces derniers se lèvent pour pouvoir quémander sa libération.
ABDL_1.jpg



ABDL_2.JPG

Un des couples incontournables tant appréciés dans le monde ABDL étant en congés cette semaine là, David et Vivi nous ont fait le plaisir de venir passer quelques jours de vacances chez nous, ce qui nous a permis de réaliser quelques vidéos ABDL délires et de nous mettre totalement dans l’ambiance avant le week-end. De fait, les arrivants du samedi furent plongés eux aussi dans un état d’esprit ultra décontracté voir même un brin loufoque à peine le pas de la porte franchi.

Pour échapper aux nurses « sadiques » bien décidées à le martyriser, l’un d’eux n’a pas hésité à grimper dans les arbres, preuve à l’appui en image !
ABDL_3.JPG

Un ABDL mouille sa couche c’est bien connu, un coin nurserie ayant été prévu pour cela, cela a permis à chacun de s’isoler pour les changes, les DL comme les AB appréciant que l’on s’occupe d’eux même s’ils savent se changer seul. La compagnie génère t-elle le flegme et la provocation, nous ne saurons le dire mais ce fut parfois « piquant » non pas à cause du talc mais des claques qui tombèrent parfois sur les fesses des plus taquins.

Une fessée, une couche un bib et au lit fut l’ordre établi par certaines des nurses ou certains Daddy motivés par l’idée de faire rougir les petits c…! Cela n’a pas empêché les grands bébés de faire les pitres en se consolant sur la terrasse, signe permettant au lecteur de comprendre que le sens des mots « fessée » et « discipline » n’était pas totalement réel.

ABDL_5.JPG

Si l’urinoir féminin pisse droit d’ABCplaisir permet aux femmes de se soulager n’importe où et / ou de fuir les toilettes publiques parfois très ……. il permet aussi aux nurses d’aider les DL à remplir leurs couches sans dévoiler la moindre parcelle d’intimité. Un test du produit fut proposé et apprécié dans le sens où la soirée continuait de dégénérer dans de loufoques distractions.

ABDL_6.JPG

Les plus grands dérapages ont eu lieu le dimanche après la séance de change et la libération des « cadenassés ». Est-ce le soleil ou l’apéritif qui génère la régression ? Nous ne saurons le dire mais la fin du repas du midi est partie en vrille ! Les jouets sortis pour les AB se transformèrent en projectiles tout comme le nécessaire pour changer un bébé, le talc les amusa beaucoup comme vous pourrez le constater sur les photos.

A force de donner de vraies bonnes mauvaises idées, le webmaster fut pris à partie par une horde d’ABDL déchaînés et bien décidés à associer crèmes hydratantes et talc pour lui faire un soin de la peau très peu esthétique voir même très « collant » pour ne pas dire gluant !



ABDL_8.JPG



ABDL_7.JPG

ABDL ET SEXE ?

Pour rassurer ou informer ceux qui n’osent pas participer à ces rencontres, lors de ces évènements, il n’y a pas de sexe ou de libertinage, ce n’est absolument pas le but recherché. Certes il arrive que des affinités voient le jour et que des couples se forment mais c’est une tout autre histoire.

Alors n’hésitez pas, laissez vos peurs et doutes de côté, venez vous amuser avec nous et si vous êtes pudique, votre pudeur sera respectée.

TSM

Faire des rencontres ABDL

Voir des vidéos ABDL

Photos et histoires érotiques ABDL

Forum ABDL

Boutique ABDL


29/09/2014 0 Poster un commentaire

Inondation 3 soumises emportées en gang bang

Inondation 3 soumises emportées en gang bang


Si la France a subit de plein fouet les inondations, la rencontre annoncée par Organisations84 et Fessestivites s’est déroulée sous le soleil. Tout était prévu pour recevoir une quinzaine d’hommes ainsi que les trois soumises à l’intérieur de la maison, les meubles ont été déplacés pour laisser place aux adeptes des soumises offertes.


Gang_bang_BDSM_02.JPG

Après un échauffement aux martinets et autres divertissements BDSM prévus pour mettre les filles en condition par Maître TSM avec de la bougie et du martinet, les 3 soumises ont été offertes sur trois lieux différents afin d’offrir plus d’espace et d’intimité.


Gang_bang_BDSM_07.JPG
Fessestivites annonçait en page d’accueil de son site « Baiser trois femmes dans une après-midi vous intéresse ? » les filles étaient bien au rendez-vous, contrairement à quelques fantasmeurs qui seront indiqués par Organisations84 dans sa prochaine mise à jour du « Mur des mythos et des planteurs ».

L’inondation a bien eu lieu mais pas dans les terres, c’était plutôt dans les vallées intimes des trois soumises qui ont été emportées par des vagues de jouissance, nos oreilles garderont en mémoire la douce mélodie des soumises comblées.


Strapon_gang_bang.jpg

SURPRISE !

Même une des femmes présentes s’y est mise, armée d’un gode-ceinture, elle s’est attaquée de bon cœur aux culs d’une des soumises sexuelles avec conviction pour la plus grande surprise des participants. Autant dire que qu’ils ont apprécié ce spectacle ! ! !

RESPECT !

Le respect des filles est au rendez-vous lors des gangs bang organisés par Organisations84, certes il y eut des mots parfois très grivois lors des envolées lyriques, mais leurs demandes en termes d’interdit, de limites et de pause ont toutes étaient respectées.

Ce qui est paradoxal, c’est que ceux qui ont traité les filles de « salope » à certains moments, dès que la rencontre est terminée, les ont vouvoyées avec un respect clairement affiché.

GANG BANG BDSM ?

On peut se demander ce que vient faire le mot BDSM dans un gang bang dont l’orientation est plutôt le libertinage et le sexe, la réponse à cette question porte sur l’approche de ces rencontres. L’objectif ne porte pas sur du SM pur et dur, mais plutôt sur une mise en « condition » comme si les filles étaient bousculées, éduquées ou forcées. Les martinets, menottes et cordes deviennent alors des instruments pour « « « « dresser » » » » les filles ou les contraindre à…

Que l’on se rassure, elles sont toutes volontaires et consentantes ! ! !

Pour s’en convaincre, nous pourrions vos faire voir les photos de leurs visages après la rencontre mais l’anonymat ne nous le permet pas. A défaut de preuve tangible, il peut être intéressant de se demander pourquoi elles reviennent ? Disons qu’une forme de masochisme sexuel et coquin les anime, tout cela bien sûr au nom du « Plaisir interdit » par la morale qui n’a jamais essayé le gang bang pour sûr !

Les photos sont ICI

La vidéo 1 est ici
La vidéo 2 est ici


24/09/2014 0 Poster un commentaire

Urinoir féminin le pisse droit de Maîtresse Béart

Urinoir féminin le pisse droit de Maîtresse Béart


Urinoir_feminin_pisse_droit.jpg

- Je crois que je suis encore tombée sur un souminateur* ! Dit soudain Maîtresse Béart, un nom de dominatrice choisi il y a des années en référence à l’exceptionnelle beauté de cette actrice dont Laura est fan.

* souminateur : expression caractérisant un soumis se croyant sur Les 3 suisses et pouvant commander la domination désirée comme sur un catalogue.

- Ah bon, encore un, mais tu m’avais dit qu’il te semblait bien celui-là. Lui répond Maîtresse Yasmine, une dominatrice expérimentée et cruelle, elle aussi à la recherche de chiens sans collier pour leur servir de larbin. Vire-le j’en ai peut-être trouvé un.

- J’hésite à le virer parce qu’il est certifié sur Fessestivites, ce qui nous prouve qu’il existe et semble sérieux.

- Alors fais-le venir pour qu’on le teste et qu’on s’amuse un peu avec lui, s’il nous emmerde, nous lui ferons la misère et il regrettera d’avoir des couilles. Lui répond Yasmine, une véritable adepte du ballbusting, réputée pour avoir le pied « lourd ».

- Ce qui me titille c’est qu’il s’est dévoilé en insistant un peu trop sur mon champagne doré, je crois plutôt qu’il a plus envie de me mater et de me bouffer la chatte que de boire le « nectar de sa Maîtresse », une de ses expressions récurrentes.

- As-tu vu ce qu’ABCplaisir a sorti cette semaine ?

- Non, c’est quoi ?

- Un truc pour pisser debout, tu le plaques contre ta chatte et tu pisses comme les mecs. Remarque c’est pratique quand les toilettes sont dégueulasses et cela peut aussi servir pour ceux qui veulent boire notre pisse.

- C’est amusant ça ! Répond Maîtresse Béart en se glissant entre les jambes de Yasmine pour déposer de doux baisers lesbiens dans la vallée des plaisirs féminins avant de s’attarder sur le clito ne demandant qu’à être titillé.

- Tu veux boire ma pisse ? Répond Yasmine étonnée.

- Non, je te veux toute entière ! Lui répond Maîtresse Béart avant de devenir plus entreprenante avec son amie.

Cinq minutes plus tard, les belles convolent en justes câlins saphiques dans leur chambre en un concert de vibromasseurs magic wand et de tendres caresses.

……………………

Loïc n’en croit pas ses yeux, après des années de recherche sur internet, ce n’est pas une Maîtresse qu’il vient de trouver mais deux Maîtresse sur Fessestivites ! ! !

Elles vivent en couple mais sont bisexuelles d’après les profils et recherchent un soumis pour les servir dans le cadre d’une relation régulière. Il répond donc avec les formes d’usage à toutes les questions qu’elles lui posent, indique ses limites puis ses deux numéros de téléphone pour qu’elles puissent constater qu’il est sérieux et réellement disponible.

Le pauvre !

Le pauvre parce qu’il n’a aucune idée de ce que peuvent faire deux femmes dominatrices ensembles quand elles ont décidé de s’amuser avec un soumis.

……………

Le jour du rendez-vous, il se présente à l’adresse indiquée et attend à l’arrêt de tram avec, comme demandé, un bouquet de roses devant son visage. Les voyageurs le regardent amusés attendre sans monter dans le tram. S’il exécute cet ordre surprenant malgré son immense gêne, c’est parce qu’il est convaincu qu’elle l’observent, mais comment savoir où elles sont et qui elles sont sur cette grande place entourée de brasseries ? Deux tramways plus tard, deux femmes l’accostent et le félicitent, timide de nature, il rougit comme une écrevisse encore en vie se demandant si elles savent qu’avant de cuire des écrevisses, il est préférable de les châtrer ! C'est à dire retirer l'intestin ou "boyau" qui va du coffre à la nageoire caudale à l'intérieur de la queue.

Invité à les suivre en marchant deux mètres maximum derrière elles, ils parviennent à la porte d’un immeuble où Yasmine compose de code sur le digicode et attend. Patient de nature, Loïc attend aussi ce qui est sa première erreur.

- Ducon, c’est moi qui ouvre la porte ? Lui crie Maîtresse Béart.

- Il commence mal celui-là, tu vas avoir du travail avec lui si tu veux que nous le gardions. Ajoute Maîtresse Yasmine amusée de la mine déconfite de Loïc et de ses excuses.

Arrivé dans un majestueux appartement richement meublé d’un immeuble Haussmanniens Loïc est invité à se mettre à l'aise, traduire par « à poil » et à quatre pattes aux pieds du canapé le temps que les filles vaquent à leurs occupations. A leur retour, elles lui confient le service avec une bouteille de champagne bien frais, celui du soumis étant jugé trop chaud. Et là, l’inquisition féminin commence par un véritable interrogatoire visant à le déstabiliser pour savoir réellement quelles sont ses intentions.

Soumis Loïc est perturbé car elles s’amusent comme des folles de ses réponses et réactions. Soudain, les complices lui tendent leurs bottes à lécher, un dilemme se pose au soumis, par lesquelles commencer ? A genoux devant deux magnifiques paires de jambes croisées délicieusement bottées, il n’a d’yeux que pour ce qu’il essaye d’apercevoir.

- La larve, au lieu de mater nos cuisses, lèche ! Lui indique Maîtresse Béart après lui avoir donné une gifle retentissante.

Dépité et surpris, il lèche aussitôt les bottes de Maîtresse Béart même s’il n’est pas fétichiste du pied. Maîtresse Yasmine l’insulte aussitôt en lui demandant si les jambes de Maîtresse Béart sont pus belles que les siennes pour avoir la priorité du léchage de botte.

- Mais non Maîtresse, elles sont ravissantes, je vous prie de bien vouloir m’excuser. Répond Loïc en baissant les yeux.

- Quoi tu dragues ma copine alors que tu ne veux pas lécher ses bottes ? Demande Maîtresse Béart.

A ce petit jeu, le pauvre Loïc ne sait plus où donner de la tête, car elles le poussent à l’erreur et s’amusent à en provoquer sans cesse. Pour ses erreurs à répétition, elles lui posent une paire de pinces à sein japonaises qu’elles s’amusent à tirer de la pointe des pieds qu’il ne lèche pas, n’ayant qu’une langue pour lustrer quatre bottes. Les rires donnant soif, la bouteille de champagne ne dure point. Si les bulles s’évaporent, le précieux breuvage, lui, descend et suit à parcours commun à tous vers une poche naturelle appelée vessie qu’il convient de vidanger de temps en temps.

- Alors comme ça tu rêves de boire mon champagne dorée ?

- Ah oui Maîtresse, ce serait un honneur. Répond Loïc.

- N’aurais-tu pas plutôt envie de mater et bouffer ma chatte ?

- Ah non Maîtresse, mais si vous m’autoriser à la lécher, je me ferai un plaisir de faire l’impossible pour vous donner du plaisir.

- Petit prétentieux, penses-tu que ta langue puisse parvenir à me donner du plaisir ? Bon tu as assez dit de bêtises comme ça, allonge-toi par terre, je vais t’offrir mon champagne même si tu ne le mérites pas.

Soumis Loïc est ravi, il va pouvoir boire le champagne d’une ravissante Maîtresse et le voir couler d’une source dissimulée dans l’antre des plaisirs féminins. Il se plait même à espérer un facesitting et qu’elle le force à lécher la dernière goutte en se servant de lui comme papier toilette. Ces pensées coquines ne tardent point à engendrer un gonflement entre ses jambes et à étirer ses testicules devant un véritable appel pour la botte de Maîtresse Yasmine.

- Hum, des couilles bien tendues, prêtes à s’offrir pour souffrir ! S’exclame aussitôt Maîtresse Yasmine.

Lorsqu’il voit Maîtresse Béart enjamber son visage, Loïc devine plus qu’il n’aperçoit sous la dentelles noire d’un brésilien les formes d’une chaton bien formé en ses pensés et prêt à ronronner sous les caresses de sa langue.

ET LA !

Et là, surprise ! Surprise car Maîtresse Béart se saisit de l’urinoir féminin le pisse droit acheté sur ABCplaisir qu’elle plaque contre sa conque vaginale en même temps qu’elle en écarte la protection en dentelle.

Il se trouva fort dépourvu
Quand le chaton disparut
Pas un seul petit morceau
De lèvre ou du vermisseau.
Ne s’offrit à sa vue
Il aurait bien crié famine
Chez la Maîtresse voisine
Mais apprécia le danger
De se faire castrer
Le délicieux peton
Jouant déjà avec son marmiton

L’urinoir féminin s’approcha de sa bouche qu’il ouvrit grand pour recevoir le précieux breuvage quelque peu salé et parfumé ! ! ! La Maîtresse ayant un accessoire lui permettant de pisser droit, il n’avait point d’excuse pour en laisser s’échapper sur le parquet.

- Vous chantiez ? j'en suis fort aise.
Eh bien! Dansez maintenant.

Lui indiqua Maîtresse Yasmine en motivant le soumis de multiples petits coups de botte dans ses précieuses ridicules en de fortes circonvolutions autour du point central toujours aussi tendu. Le point central ne resta pas tendu très longtemps lorsque la Maîtresse lui assena un coup plus appuyé le faisant bondir puis recracher et renverser du champagne dorée.

La colère de Maîtresse Béart fut sans pareil, elle l’incita à lécher le parquet à coups de fouet avant d’éconduire le pauvre soumis de la même façon avec ses vêtements sous le bras.

Le soumis, honteux et confus,
Jura, mais un peu tard, qu'on ne l'y prendrait plus.

Ecrivaillon (en délire aujourd’hui)


24/09/2014 0 Poster un commentaire

Baiser 3 femmes dans une après-midi est-ce que cela vous branche ?

Baiser 3 femmes dans une après-midi est-ce que cela vous branche ?


3_soumises_sexuelles.jpg


ANNONCE REELLE ET SERIEUSE

CE SAMEDI 20 SEPTEMBRE

Cindy 34 ans , Fionna 38 ans et Issaya 47 ans seront dominées par Maître TSM à Vauvert(30) avant d'être offertes aux hommes comme jouet sexuel.

SI OUI réservez de toute urgence car le nombre de place est limité.

Si vous désirez y participer et sauter la soumise, contactez Organisation84 ICI

Pour organiser un gang bang pour votre soumise cliquez ICI

Cela bouge un max sur Fessestivites.com


18/09/2014 0 Poster un commentaire

Le sadique de la maison abandonnée

Le sadique de la maison abandonnée

Le_sadique_de_la_maison_abandonnee.jpg

Au hasard de mes promenades dans les bois avec mon chien, je suis tombée sur une vielle maison abandonnée. Animée par la curiosité, lors de l’exploration de ces ruines, j’ai découvert au premier étage un vieux lit dépourvu de matelas, au milieu de pierres et morceaux de verre des fenêtres brisées par ceux qui ont pour loisir de détruire ce qui n’est pas à eux. Ce lit a titillé mes fantasmes, le sommier en métal avec de gros croisillons carrés et les barreaux en fer en guise de boiseries offrait un espace de liberté à mon imagination BDSM.

L’image d’une fille entravée jambes écartées, couchée sur cette sorte de gros grillage m’a traversé l'esprit. Outre être abusée elle garderait quelques heures gravées dans ses chairs les marques des croisillons l’ayant faite souffrir sous les ruades de ses violeurs. Lorsque je me suis étendue comme la victime de mon imagination débordante, mes doigts se sont naturellement aventurés entre mes jambes, là où il est agréable de les laisser courir, enflammant mes sens érogènes et mon intimité. Alors qu’une main de pervers s’aventurait entre ma peau et la ceinture de mon pantalon pour explorer ma tendre intimité malgré mes suppliques désespérées, une langue a traversé mon visage en me faisant bondir de peur.

Ayant terminé son exploration et le marquage d’un nouveau territoire, Doggy venait de me rejoindre tout heureux et me faisait des fêtes. Grrrrr.

Si l’après-midi s’est terminée normalement par la cueillette de quelques mûres et le retour à la maison dans les encombrements habituels du dimanche soir, ce lit et ce plaisir insatisfait pour cause de chien ayant fait fuir le pervers imaginaire me travaillaient l’esprit. Je ne vous cacherai pas que le soir même, je me suis fait un petit selfbondage pour poursuivre cette aventure, mais cette fois après avoir fermé la porte de ma chambre pour ne pas être dérangée, mon vibromasseur magic wand entre les jambes, complice parfois sadique qui glisse sur le matelas et m’abandonne alors que justement, je voulais m’abandonner. Cette fois, bien callé dans ma culotte, il ne s’est pas échappé et m’a permis de m’envoler plusieurs fois. L’envie de vivre effectivement cette aventure dans la maison abandonnée me taraudait de plus en plus.

Si je rêve de BDSM, d’être soumise à un Maître, je n’ose pas franchir le pas, alors je surfe sur Fessestivites avant de m’accorder quelques plaisirs en principe inavouables…..

Si la prudence m’interdisait d’aller me faire un selfbondage en dehors de chez moi en pleine nature, après une lutte acharnée entre la raison et mes folles envies, j’ai fini par céder à mes envies. Pour éviter de prendre de trop de risques, j’ai décidé d’y aller un jour de pluie en semaine, car qui irait se promener dans les bois par un tel temps hormis une folle comme moi ?

Pour mon auto libération, je me suis fabriqué un gros bloc de glace avec les clés de mes menottes achetées chez ABCplaisir. Pour qu’il ne fonde pas en chemin, je le mettrai dans un sac congélation comme si je partais en pique-nique. Il m’a fallu attendre quatre longs jours avant qu’il pleuve. Lorsque j’ai téléphoné à mon travail pour dire que j’étais souffrante, je me suis traitée de « malade » mais l’appel du sexe a eu raison de la logique et de la prudence. Dans mon sac à dos, j’ai glissé quelques cordes, des pinces à seins, mes menottes, un bâillon et une cagoule puis un vibromasseur basique avec des piles neuves.

Le parking était vide, chose logique avec un temps de chien, le mien cette fois étant resté à la maison. Après une demi-heure de marche avec mon sac congélation à la main, la maison est enfin apparue. Par prudence, j’ai revisité les lieux avant d’entrer dans la chambre des sévices. Il était là et m’attendait, fidèle à ses lieux et à mes fantasmes. A la tête du lit sur le sol, j’ai déposé le bloc de glace contenant les clés des menottes sur le sac congélation, puis sur le lit mes menottes reliées aux clés par deux morceaux de ficelle à rôti. Pour me mettre en condition et me motiver, mettre immédiatement le bâillon m’a semblé être une bonne idée, cela m’évitait de me répéter à haute voix que j’étais folle.

Lorsque j’ai retiré mon jean et que je me suis assise sur le sommier en fer, les croisillons m’ont souhaité la bienvenue à leur manière en entrant profondément dans la chair de mes fesses seulement protégées par un fin rempart de tissu satiné. La douceur de cette matière électrise mes sens dès que des doigts coquins flattent les formes masquées en cet endroit si sensible…..

Pour attacher mes chevilles le plus écartées possible avec la corde, j’ai un peu souffert des fesses et des cuisses, mais on n’a rien sans rien, me suis-je dit avant de m’étendre sur le dos sur le sommier glacé. OUF ! ! ! Dans le sac près de moi, il devenait urgent d’attraper le vibromasseur et de titiller l’épicentre du marécage se trouvant au creux des cuisses, elles aussi entravées pour les forcer à un écartement prolongé quoi qu’il se passe. Les vibrations, le lieu, les cordes maintenant mes jambes écartées furent à cet instant des ennemis qu’il me fallut combattre pour ne point céder à l’envie de jouir pointant déjà son nez.

Le missile trouva sa cible, tel un spéléo émérite, que dis-je tel un spéléo sous-marin il plongea sans aucune difficulté en mes sombres profondeurs avant de se faire piéger à l’intérieur par une simple culotte en satin. Il devenait vraiment urgent de passer à la suite, sans quoi, mes doigts ne sauraient résister à l’appel de la perle émergeant de son émonctoire de chair tendre et sensible.

Les pinces à sein reliées par une chaînette achetée chez ABCplaisir trouvèrent leur place sur mes tétons pointant fièrement avant de râler lorsqu’ils furent mordus cruellement. De toute urgence j’ai enfilé ma cagoule en cuir, ce qui m’a forcée à remonter les mains derrière la tête et à étirer mes seins, chose qu’ils n’ont pas vraiment appréciée pour cause de pinces sadiques.

A l’aveugle mes mains ont retrouvé les menottes fidèles, fidèles parce que quand elles sont sur vos poignets elles ont parfois du mal à les abandonner malgré vos suppliques. Coincées derrière un des barreaux du lit, elles allaient m’offrir en pâture à un sadique mais qui n’allait pas être imaginaire……………. mais cela, je ne pouvais pas le savoir.

Lorsque je les ai refermées sur mes poignets en me traitant de folle, j’étais dans un état second. Leurs clics magiques allaient m’offrir un espace temps de bonheur, de fantasmes et de plaisirs incontrôlables avec le vibromasseur. Alors que dans mon imaginaire des inconnus abusaient de moi, pinçaient mes seins et me pénétraient sauvagement, un bruit de gravas écrasé attira mon attention malgré l’épaisseur de la cagoule. Mes agresseurs acceptèrent de faire une pause pour me permettre d’écouter, une peur abyssale m’envahit quand le bruit se renouvela. Est-ce un animal ou quelqu’un ? Dans les deux cas j’étais en mauvaise posture et sans aucune possibilité de me défendre.

Un autre craquement sinistre me confirma une présence et fit se décupler ma peur. J’essayais de voir par le dessous de la cagoule puis les trous au niveau du nez mais en vain. Soudain, le sommier s’est enfoncé près de moi et j’ai hurlé de peur en tirant inutilement sur mes entraves. Mes cris étouffés par le bâillon et la cagoule firent rire l’homme qui posa sa main sur ma cuisse agitée de vaines contractions.

LIRE LA SUITE

Ecrivaillon

Faire des rencontres BDSM

Voir des vidéos Selfbondage

Accessoires à prix réduits

Histoires érotiques gratuites


18/09/2014 0 Poster un commentaire



Recommander ce blog | Contacter l'auteur | Signaler un contenu | RSS | Hébergé chez Blog4ever | Espace de gestion